Posted by: liblanc | May 22, 2010

Sur les terres du Prince

Bienvenue dans un autre pays

Près de Kalbarri, station touristique de la côte ouest australienne, se trouve un endroit, ou plutôt un pays, complètement à part, du moins juridiquement. En plein milieu d’une contrée agricole, au bout d’une route de terre rouge, le Prince Leonard règne sur son petit état, la principauté de Hutt River. Nous sommes en plein délire constitutionnel, résultat d’une croisade acharnée menée contre l’état australien et ses taxes par le Prince, un visionnaire, un rêveur, un doux illuminé. Seule l’Australie peut permettre de voir ce genre de curiosité et les vingt kilomètres à travers la campagne aride pour gagner la ferme du Prince Leo (et de la Princesse Shirley) en valent bien la peine.

Loin de Monaco ou d’Andorre, la principauté ressemblerait plus à une ferme du Far-Ouest comme on en trouve souvent ici. Isolée, avec ses puits éoliens qui tournent sans cesse, emblèmes de la campagne australienne, et sa machinerie agricole qui remplace les Bentleys et les Ferraris. On passe la frontière sans contrôle mais, dans sa ferme, le Prince a aménagé un petit bureau de poste et un bureau d’immigration. On tend fièrement son passeport pour le contrôle d’identité, avec le Prince lui-même qui vérifie l’authenticité du précieux document à l’aide de sa lampe à ultra-violets et de ses mains fatiguées d’une longue vie à travailler la terre. Il explique les différents symboles cachées dans les pages des passeports du monde tout en discutant de tout et de rien. Il recommande d’aller visiter sa chapelle, là où les trônes du Prince héritier et le Princesse sont situés. Avec un regard perçant de son oeil droit bouffi (il est aisément septuagénaire), il me met en garde contre la tentation de m’asseoir sur le siège réservé à sa Princesse chérie.

Une fière nation

Viendra ensuite le grand tour du musée de la Principauté, encore une fois avec le privilège d’avoir le Prince lui-même comme guide. Un morceau du mur de Berlin, des cartes postales de dignitaires étrangers, des vœux en provenance des têtes couronnées européennes, tout s’y trouve. Une copie d’un document secret provenant du gouvernement australien acquiesce à contrecœur avec la légalité de la séparation de Hutt River mais recommande de ‘briser’ le Prince et d’empêcher à tout prix que cela ne devienne un précédent constitutionnel. Plus étrange encore, le Prince et sa suite ont publié un journal de la défense du territoire, avec des photos en uniforme et tout le sérieux qu’une guerre, déclarée et remportée par le Prince contre l’Australie, peut demander. Enfin, comme si tout cela n’était pas encore assez étrange et humoristique, le Prince nous expose ses théories des chiffres, que la Création dépend de quelques constantes et que tout peut être exprimé mathématiquement. Loin de ses champs de blé et encore plus loin de son trône princier, Leonard s’est aventuré sur le territoire des grands penseurs, des philosophes, et a construit ses théories à partir de recherches et de réflexions personnelles. Serait-il une nouvelle version des despotes éclairés de jadis?

Une question se pose tout de même lors de la visite: Leo se serait-il pris lui-même à son jeu? N’est-il pas victime de son propre humour et tout ce délire princier, qui a commencé comme une protestation contre des taxes injustes, ne deviendrait-il pas un peu trop sérieux, un peu trop pompeux? Je souhaitais photographier le Prince en gros plan, trônant dans les artefacts de son musée, mais j’avais presque l’impression de servir de paparrazzo. J’ai plutôt opté au final pour une photo de sa statue, fièrement posée à l’entrée de sa ferme. Après une nuit passée sur ses terres, dans le caravan park princier (il n’y a pas d’hôtel à Hutt River), on repart certes avec le sourire mais aussi avec quelques interrogations. À quand verrons-nous les scandales de la maison princière exposés en images dans la presse people?

À la limite de la démesure


Responses

  1. Je me permets de sortir de la nuit de mes corrections pour suivre tes aventures..et je dois avouer que cet article m’a bien charmé.

    Tu retrouves là ce style en apparence léger et anecdotique…mais toujours rédigé avec une grande sagacité. Bref, j’en déduis que tout va sûrement bien et que tu t’amuses avec ta nouvelle monture (je parle ici du Ford
    Econovan hein?).

    Bref, mis à part quelques coquilles, je te donne un beau 95 % !

    Je retourne à mes travaux d’analyse..

    À bientôt…

  2. Voici une frontière qui ne semble pas difficile à
    franchir, mais dans cette principauté on a l’impression bizarre que les têtes roulent à terre….

    tout compte fait…. je préfère passer mon chemin !

  3. Hey Pal, long time no news, tu vas pas me dire que tu trouves pas de connection 😉
    hope all is well,
    aitana


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: