Posted by: liblanc | November 14, 2008

La Longue Marche

La forêt enchantée de Ghorepani

La forêt enchantée de Ghorepani

Depuis ABC, il n’existe qu’une seule voie de sortie: le même chemin que pour l’ascension. Par contre, après Chhomrong, le principal village sur ce versant, de multiples possibilités existent. Ghandruk, à un jour de marche, est réputé pour être un village typique de la région avec tout le charme rustique et ancien que cela implique. Ghorepani (‘Eau de cheval’, ou plutôt ‘Urine de cheval’ d’après certains), à deux jours de marche, est un point de rencontre de plusieurs treks et donc un carrefour incontournable pour poursuivre un périple vers d’autres endroits intéressants autour des Annapurnas. Enfin, à un jour de marche au nord de Ghorepani se trouve Tatopani (‘Eau Chaude’) et ses sources thermales. L’idée de me reposer une journée dans les eaux bienfaitrices de Tatopani me plaisait de plus en plus et je me suis donc mis en route pour la descente d’ABC, repasser par Chhomrong et ses escaliers interminables, et enfin gagner Tatopani par Ghorepani. J’avais à nouveau un objectif et je pouvais foncer tête baissée. Après une balade dans la nature et au coeur des montagnes, j’allais pouvoir observer la vie paisible des petits villages népalais.

Avec le recul, je n’aurais sûrement pas du foncer de la sorte. Dès la fin de mon premier jour de descente d’ABC, mon genou gauche commençait à faire de plus en plus mal. Cette blessure allait me suivre jusqu’à la fin, parfois paralysante, parfois un simple rappel que même à la descente, il faut savoir garder un rythme raisonnable et ne pas aller trop rapidement. Il est facile de comprendre que lors d’une marche en montagne, un genou récalcitrant est un des pires maux qui puissent vous affecter. Au cours des deux jours suivants, je me suis littéralement traîné d’un endroit à l’autre, incapable de marcher pendant de longues heures et devant raccourcir mes journées. Pour rejoindre Ghorepani, il faut longer une corniche autour de laquelle de petits hameaux se sont accrochés. Quand je dis ‘longer’, cela signifie aussi de devoir monter et descendre et c’est bien dans les descentes que je souffrais le plus.

Leçons danglais et de népalais

Leçons d'anglais et de népalais

Parce qu’il faut bien trouver quelque chose de positif dans toute situation, l‘avantage de cette vitesse réduite était plus de temps disponible pour observer autour de moi et communiquer avec les gens. Pour les deux nuits suivantes, j’ai dormi seul (ie. unique client) dans deux lodges différentes. Je pouvais discuter avec les népalais, comme par exemple la jeune et charmante Hima qui m’avait amoureusement préparé un plantureux repas pour me remettre sur pied après une douloureuse journée. J’ai aussi profité de ma soirée avec Gokul et Govinda pour m’initier à la langue népalaise en échange de quelques cours d’anglais. Ces deux petits bonshommes ont la chance de suivre une éducation dans un pensionnat situé à un jour de marche du lodge géré par leur père. Leur niveau d’anglais est surprenant et cela ne pourra que leur donner un avantage dans un pays où le principal axe de développement est le tourisme. Mero naam Richard ho. Tim roe naam kié ho?

Même si le genou ne guérissait pas vraiment, je n’avais plus d’autre choix que d’avancer tant bien que mal vers Ghorepani. Dans cette région,les villages ne sont pas reliés par des routes et il n’existe pas d’autres voies que les sentiers traditionnels. Je n’avais donc aucun moyen de quitter rapidement le trek. C’était un choix entre rester quelques jours faire du sur-place dans un lodge ou tenter d’avancer du mieux que je le pouvais. Je devais donc absolument gagner Ghorepani.

Je n’ai que des superlatifs pour décrire la beauté des paysages et le spectacle permanent qui nous éblouissent tant pendant cette partie du trek. La forêt qui devient soudainement dense et presque oppressante, les torrents qui dévalent du haut des montagnes, les corniches escarpées desquelles on voit toutes les vallées creusées par les eaux furieuses des rivières dont le vacarme s’entend encore à plusieurs centaines de mètres au-dessus de leur lit. Tout juste avant la descente vers Ghorepani, les nuages de l’après-midi se sont approchés des sommets de la colline ce qui donnait une impression de parcourir un paysage surréaliste, à la limite du conte de fée.

Quand je suis enfin arrivé à Ghorepani, un choc m’attendait. En effet, la première chose qui saute aux yeux lorsqu’on arrive dans cet endroit depuis ABC est le nombre hallucinant de lodges et d’hôtels qui s’y trouvent. Après avoir passé quelques jours en pleine nature et dormi dans des lodges rustiques, Ghorepani a des allures de station de ski européenne avec sa boulangerie allemande, un café internet, un bar avec table de billard et des magasins de souvenirs. À travers cette soudaine débauche de modernisme, il est bon de se rappeler d’une chose: Ghorepani n’étant pas relié à une route, tout ce qui s’y trouve y est donc parvenu sur le dos d’un être vivant, porteur ou âne. Oui, cela inclut la fameuse table de billard.

Ayant retouvé par chance Driess et Hertta, mes compagnons du premier jour, je faisais face à un nouveau choix: redescendre vers Pokhara le plus rapidement possible et me reposer, attendre quelques jours à Ghorepani pour que le genou guérisse, ou alors ignorer la douleur et suivre mes deux amis et leurs guides (Kamal et Shiva) jusqu’à Muktinath, lieu sacré pour les hindous et bouddhistes. Cette dernière possibilité me permettrait de découvrir des paysages que nous n’avions pas encore eu la chance d’admirer: les montagnes arrides et venteuses du Mustang, couloir menant directement au plateau tibétain.

La Compagnie de l'Annapurna

La Compagnie de l’Annapurna s’était donc formée à nouveau et elle allait se mettre en route pour un dernier périple, une marche dans des contrées désertiques pour atteindre les fameux temples de Muktinath.

Fin de la deuxième partie.


Responses

  1. Hi,

    Hoever I could not understand your language, you have nice pictures of your trekking.

    Krishna Lamsal
    Eco-friendly Treks
    http://www.nepalholiday.com

  2. There’s a little space at the far left of that photo for a Tannith. Dammit!


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: